Comuna 13 Philippe Ward

Editions I Cal Ana

Medellín deuxième ville de Colombie qui a vu naître Fernando Botero, en ce mois de mai 2012 Griselda Blanco est loin de ce cliché touristique.

La seule question qui vaille la peine d’être étudiée : Griselda peut-elle prendre le risque de mourir pour manger une vraie enchilada ?

Elle vit dans une résidence ultra-sécurisée dans le quartier résidentiel de la ville.

A soixante-dix ans La reine de la cocaïne, La veuve noire, La Madrina va tirer sa révérence.

Quelques années plus tard Sébastien Raféou débarque à Madellín après une courte carrière dans la police, où la police des polices lui a créé quelques ennuis. Il a choisi la fuite dans un pays qui ne fait qu’accréditer les soupçons de sa hiérarchie.

Comme il faut vivre il a choisi d’être guide.

« Pratiquement tous les jours, il accompagnait des compatriotes à la découverte de cette ville et cela commençait par le Graffiti tour : la visite du quartier Comuna 13. »

Il explique aux touristes que ce quartier a totalement changé, qu’il n’est plus le haut lieu des batailles rangées entre militaires, guérilleros et autres. Le calme y est de retour.

Enfin presque, la vielle Anna Lucia qui vend son aguapanela lui confie un bijou et lui donne rendez-vous. Mais elle est massacrée et lors de ses obsèques il rencontre Maribel Cifuentes la petite-fille de la victime.

Et l’aventure peut commencer, où plutôt la pratique du Parqués ce jeu de hasard raisonné où les joueurs se déplacent à l’aide de deux dés.

Je ne sais si je dois vous souhaitez, futurs lecteurs, la bienvenue dans ce monde des sicarios ? La roulette russe ou colombienne pourrait ne pas vous être favorable.

Sébastien retrouve ses anciens réflexes de flic :

« Votre grand-mère m’a fait confiance et voulait me confier son secret, ce qui voudrait dire que je suis un type bien. C’était sa dernière volonté. Comme vous l’avez dit, c’est à moi qu’elle a donné le bijou, pas à vous. C’est à moi qu’elle voulait parler, pas à vous, pas à sa petite-fille, mais à un étranger. »

La chasse aux trésors s’engage et pour cela Philippe Ward s’entend à vous faire visiter la Colombie, vous faire ressentir l’ambiance particulière entre le passé et le présent. Il installe l’énigme en diversifiant les jalons, en multipliant les scènes d’action.

C’est rythmé et les lecteurs comme les protagonistes ont le diable aux trousses.

Ici, le temple du soleil n’est pas loin, le trésor des Incas brille de mille feux.

 De Medellín à Bogota le voyage sera mouvementé et pimenté.

Pas de temps mort, juste des morts.

Vous vous laisserez facilement emporter vers la tentation de l’Eldorado.

Rythmé comme un Western, très visuel, vous êtes tenté par l’aventure ?

Et si comme moi vous vous interrogez sur une suite…

Je souligne la beauté de la couv’ et de la peinture de la quatrième.

Je remercie Philippe Ward pour cette lecture privilégiée.

©Chantal Lafon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :