La rumba du chat Philippe Geluck

Editions Casterman

Comme le chante si bien Alain Souchon, dans ce vingt-deuxième album :

« Y a de la rumba dans l’air
Le smoking de travers
Je te suis pas dans cette galère
Ta vie tu peux pas la refaire
Tu cherches des morceaux d’hier pépères
Dans des gravats d’avant-guerre
Le Casino c’est qu’un tas de pierres
Ta vie tu peux pas la refaire. »

Impossible de faire l’impasse sur cet air que j’aime tant.

Il n’y a pas d’essoufflement, le lecteur connait le procédé mais il se fait avoie à chaque fois avec délectation sans lassitude.

Premier éclat de rire :

« Quand la gauche est au pourvoir, les militaires qui défilent sont obligés de faire gauche, droite, gauche, droite….

Quand c’est la droite qui dirige le pays, ils font droite, gauch’, droite, gauch’…

C’est pour ça que ce n’est jamais le centre qui gouverne. Les soldats devraient sauter en avant, les pieds joints, comme les kangourous. »

Geluck fait de son chat, un fin critique contemporain.

C’est un miroir qui nous est tendu et il aborde des sujets graves (migration, intégrisme religieux, réchauffement climatique et #Metoo…) il nous fait rire, mais pas bêtement, car son humour déclenche une réflexion immédiate, loin des infos formatées qui nous affligent chaque jour.

« Ah ! cette fois ça y est ! Ma femme a arrêté de fumer. Ils devraient m’apportaient l’urne dans quelques minutes. »

Il y a la formule hilarante, mais aussi une finesse proportionnellement inversée au dessin du chat qui est fait de traits simples et appuyés sur une forme bien ronde.

Avec la plupart des dessins, le lecteur rit, réfléchit mais se positionne aussi.

« Quand un pauvre vole un riche, ça s’appelle un délit. Quand les riches volent les pauvres, ça s’appelle un système économique. »

Et je chante, chante :

« « Y a de la rumba dans l’air
Le smoking de travers
Je te suis pas dans cette galère
Ta vie tu peux pas la refaire
Tu cherches des morceaux d’hier pépères
Dans des gravats d’avant-guerre
Le Casino c’est qu’un tas de pierres
Ta vie tu peux pas la refaire. »

©Chantal Lafon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :